mardi 3 février 2015

transition énergétique : les données d'entrée

Je termine l'intéressant petit livre de Philippe Murer, qui relance mes réflexions :
 
La nécessité de la transition énergétique est de plus en plus partagée, fondée sur les risques suivants :
  • la consommation de combustibles fossiles est en train de provoquer un déséquilibre climatique d'une ampleur et d'une rapidité jamais vus, mettant en danger la vie sur Terre,
  • la finitude des ressources fossiles va nous faire entrer dans une ère de rareté et de chèreté de l'énergie, bouleversant l'organisation des activités humaines.
Le socle de connaissances publié pour lancer le débat français sur la transition énergétique donne un certain nombre d'éléments sur les usages de consommation d'énergie fossile et sur les sources d'émission de gaz à effet de serre. Une vision plus mondiale est celle du GIEC :
Quelques autres rappels sur les gaz à effet de serre ici.
 
Comme l'écrit Transition France, les solutions à trouver devront à la fois tenir compte de l’impératif de réduction drastique des émissions de CO2 et de la fin prochaine du pétrole abondant et à bon marché. Faire cette transition va coûter à nos pays, bien évidemment, mais agir contre les changements climatiques coûtera 15 à 20 fois moins cher que l’inaction, comme l’a évalué dès 2006 l’ancien chef économiste et vice-président de la Banque Mondiale Sir Nicholas Stern.

La transition énergétique devra donc permettre de tenter d'éviter de rendre la Terre invivable et de limiter les effets d'un choc civilisationnel. En outre, cela allègerait la facture toujours plus lourde de nos importations d'énergie.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire